En Afrique, en tant que famille

10 février 2014
Elle est suissesse et lui brésilien, mariés depuis peu. Face à un rêve: partager avec les plus pauvres, même de culture différente, les propres talents. La famille qui s’ouvre à la communauté dans laquelle elle est insérée.

“Nous n’allons pas en Afrique pour connaître un endroit, pour faire du tourisme, mais pour aller trouver un peuple », écrivent Flavia et Walter.

Elle est suissesse, a étudié relations internationales à Genève et a travaillé durant quelques mois à Bukas Palad Tagaytay, aux Philippines. Walter est un journaliste brésilien qui a décroché en 2012 son master à l’Institut Universitaire Sophia, à Loppiano, en Italie. En 2005 il est parti comme volontaire en Indonésie, six mois après le Tsunami qui a détruit le Sud Ouest asiatique.

Tout en vivant sur les deux rives opposées de l’océan Atlantique, ils se sont rencontrés en 2004 et se sont mariés huit ans après.

Et maintenant ils laissent sécurité, projets, travail… pour aller passer deux mois avec la communauté des Focolari de Man, dans l’Afrique sub-saharienne, à 600 km à l’ouest de la capitale de la Côte d’Ivoire, Abidjan. « Tout laisser derrière nous n’est pas facile – écrivent-ils – mais nous sentons que cette expérience de détachement total nous rend plus libres pour vivre en profondeur chaque instant, sans regarder en arrière.

A Man ils travailleront dans la cité pilote du mouvement, dans un centre d’informatique et dans un centre qui s’occupe de la lutte contre la malnutrition de centaines d’enfants.

« Le fait d’aller ensemble en tant que couple est un aspect que nous voulons souligner, écrit Flavia. Beaucoup disent que le mariage emprisonne, contraignant à une vie basée sur la recherche des sécurités matérielles. Nous voulons relever le défi qu’il est possible de s’ouvrir ensemble vers les autres ».

« Rencontrer le peuple africain a toujours été notre rêve – ajoute Valter – mais les nombreux rapports que nous avons construits ont transformé notre expédition en aventure que nous voulons partager avec beaucoup d’amis. Pour eux et toutes les personnes qui sont intéressées de connaître plus le continent africain il nous est venu l’idée d’écrire un livre avec les expériences que nous vivrons et les photos pour le documenter ».

« Nous désirons faire participer tout le monde à notre aventure – conclut Flavia – et offrir le fruit de notre expérience : nous croyons que la famille n’est pas seulement faite de liens du sang, mais engage tous les rapports construits avec les communautés dans lesquelles nous sommes insérés ».

Ceux qui désirent participer au projet,  peuvent contribuer et ils recevront un « livre photo » avec leur expérience.

Pour plus d’informations :

https://www.facebook.com/juntosrumoaafrica.