United World Project - Be the bridge

Auteur : PRISCILIA CHACON



Du 24 avril au 2 mai 2013, une délégation de 120 jeunes en provenance de 25 pays  a participé à un voyage organisé en Terre Sainte par les jeunes des Focolari. Une expérience particulière faite de visites des lieux saints, de rencontres  avec les communautés palestiniennes  de construction de relations fraternelles, ainsi que de la participation à une  manifestation en lien avec le United World Project.

Accueillis à Bethleem par les «Jeunes pour un Monde Uni», 120 jeunes majoritairement d’Europe mais aussi d’Asie, d’Amérique et d’Afrique ont  vécu une expérience intense  en Terre Sainte. Chaque jour, ils ont pu découvrir un lieu significatif de la foi chrétienne, de l’église de la Nativité à Bethléem au Saint Sépulcre, en passant par la maison de Marie à Nazareth. Autre moment mémorable, celui de la marche de quatre heures dans le désert de Jéricho suivie par une messe atypique dans les dunes.

En contact avec la population

Les rencontres avec la population locale ont été également des moments forts qui ont permis de mieux appréhender le contexte difficile du conflit israelo-palestinien et les efforts pour construire la paix Parmi ces échanges, la prise de contact  avec  la communauté du «Bethléem Peace Center» aspirant au dialogue entre chrétiens et musulmans, l’accueil par des familles palestiniennes et la conférence à l’université de Bethléem sur le thème «Découvrir l’humanité de l’autre». Parmi les autres projets pour la paix présentés aux jeunes, celui des ateliers de danse initiés par Gen Verde et Gen Rosso, dont les chorégraphies firent l’objet de trois concerts à Haifa et à Bethleem. «Lors de cet échange par la danse» constate un des organisateurs enthousiaste, «j’ai vu que ce n’était pas important d’être Arabe ou Hébreux, mais de vivre l’amour réciproque avec tous».

Besoin d’idéaux pour vivre

L’aboutissement de cette semaine sera le flashmob international du 1er mai à Jérusalem, chorégraphie dynamique suivie par un cortège conduit par les jeunes à travers la ville sainte, avec en tête, une banderole géante portant le slogan «Be the bridge». Diffusé en direct sur internet dans le monde entier, cet événement d’1h30 comprendra également la remise à l’UNESCO de 700 fiches recensant des actions de fraternité en lien avec le projet «United World Project». Dans la vidéo visionnée sur écran géant, le responsable de l’Office des Droits de l’Homme déclarera depuis l’ONU de Genève: «Je vois des similarités entre ce que vous faites et ce que nous faisons». Commentant cette initiative qui vise à valoriser toute action de solidarité, Laure, une jeune Française, confie: «Cela me semble un peu utopique. Mais l’homme à besoin d’idéaux pour vivre, ce qui le pousse à agir».

Suite à cette semaine intense, chacun revient riche d’une expérience d’échange et de ponts construits entre les Jeunes pour un Monde Uni Palestiniens et ceux de la délégation internationale. L’invitation à poursuivre cette manière de vivre dans son quotidien s’impose toutefois comme une réalité ainsi que le souligne Mihela qui rentre en Slovénie: «Durant ces jours, j’ai expérimenté que cela vaut la peine d’aimer et c’est de cette manière que je veux continuer à vivre chez moi».